« Prendre des mesures pour soutenir la mise en œuvre réussie de la ZLECAf » : Dr Bawumia aux États membres de l’UA

« Prendre des mesures pour soutenir la mise en œuvre réussie de la ZLECAf » : Dr Bawumia aux États membres de l’UA  

Le vice-président du Ghana, Dr. Mahamudu Bawumia exhorte les États membres de l’Union africaine à prendre des mesures complémentaires pour la mise en œuvre réussie de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA).

« On n’a pas besoin d’une conférence sur les immenses avantages du libre-échange continental des biens et des services et de la circulation des personnes sur le continent. Les avantages ultimes partagés consistent à stimuler le commerce et l’industrie, à créer des emplois et augmenter les revenus, et à améliorer les conditions de vie de nos peuples », a déclaré le Dr Bawumia.

« Mais, les avantages inhérents à la ZLECAF ne seront point totalement obtenus à moins que tous les États membres soutiennent la mise en oeuvre de l’Accord par des mesures complémentaires », a-t-il ajouté

Pour atteindre ces objectifs, Dr Bawumia a  enumeré cinq préoccupations clées que les États africains doivent aborder afin de contribuer à la mise en œuvre réussie de la ZLECAf :

« Premièrement, les États membres qui n’ont pas encore signé et ratifié l’Accord devraient être encouragés à le faire pour au moins deux raisons : augmenter la taille du marché et le volume des échanges dans le cadre de la ZLECAf; et accélérer le processus d’intégration régionale aux fins de réaliser l’Afrique que nous voulons »

« Deuxièmement, pour garantir le commerce complet de la ZLECAf par tous les États parties, les composantes techniques de la ZLECAf telles que les règles d’origine, les listes de concessions pour le commerce des marchandises et les listes d’engagements spécifiques pour le commerce des services devraient être finalisées »

« Troisièmement, nous souhaitons encourager les États parties qui n’ont pas encore soumis leurs calendriers de libéralisation tarifaire (offres d’accès au marché) et leurs listes d’engagements spécifiques pour le commerce des services au Secrétariat de la ZLECAf à le faire  »

« Quatrièmement, il faut des recours commerciaux pour se protéger contre les flambées commerciales imprévues. Ainsi, les États parties devraient avoir recours à des recours commerciaux tels que des droits antidumping et des droits compensateurs. Les États Membres ont besoin de ceux-ci pour s’assurer que les industries nationales sont protégées ĺà où c’est nécessaire. Les besoins se situent aussi au niveau d’un monitoring effectif et d’un mécanisme d’évaluation pour l’implémentation des recours commerciaux »

« Le cinquième aspect est le mécanisme de règlement des différends. Pour que les États parties aient pleinement confiance à la mise en œuvre de la ZLECAf, un mécanisme solide de règlement des conflicts du Protocole sur les règles et procédures de règlement des différends doit être mis en place dans les plus brefs délais »

Outre ces points, M. Bawumia a noté que la communauté universitaire a un rôle majeur à jouer dans la mise en œuvre réussie de la ZLECAf grâce à la recherche et à l’analyse des problèmes découlant de l’initiative de libre-échange. « Il est essentiel que les universités collaborent avec les décideurs, les milieux d’affaires, les partenaires de développement et d’autres parties prenantes concernées pour fournir des stratégies et des politiques utiles pour lutter contre les obstacles et tirer parti des avantages de la ZLECAf », a-t-il insisté.

Il a également  appelé toutes les autres parties prenantes, y compris le secteur privé, la société civile, les partenaires au développement et le grand public à « redoubler d’efforts et accélérer la mise en œuvre de la ZLECAf dans l’intérêt et au profit des générations actuelles et futures ».

Du côté du Ghana, le Dr Bawumia a réitéré l’engagement du gouvernement envers la mise en œuvre réussie de la ZLECAf. « Le gouvernement du Ghana est résolu et reste inébranlable dans son engagement à l’opérationnalisation du Secrétariat de la ZLECAf au Ghana et à accélérer la transformation industrielle pour une croissance et un développement économiques inclusifs. » a-t-il laissé entendre

inusah@bonjourghana.com      Tel: 0244616153

Doctorat honorifique décerné à Akufo-Addo

Doctorat honorifique décerné à Akufo-Addo

L’Université de Cape Coast a décerné un doctorat honorifique en philosophie au président Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, ce samedi 29 mai 2021.

Cette récompense a été possible grâce aux nombreux projets que son gouvernement a entrepris dans le secteur de l’éducation.

Le plus important d’entre eux est le célèbre programme de la “Gratuité de l’Enseignement secondaire dans le pays”. Le vice-chancelier de l’université, le professeur Johnson Nyarko Boampong a déclaré dans son allocution que «…l’une des décisions les plus audacieuses prises par Son Excellence Nana Addo Dankwa Akufo-Addo en tant que président a été d’introduire la politique de gratuité du lycée en septembre 2017, et ce, malgré les énormes implications financières sur l’économie et les incertitudes entourant les concepts à l’époque. Cependant, sa résilience à inspirer le leadership a ainsi largement contribué à la réalisation et au succès continus de cette politique. Par l’octroi de ce diplôme à son Excellence le Président, il devient un ancien étudiant de l’Université de Cape Coast et le second à occuper la haute fonction de président du Ghana. Le premier étant le président John Agyekum Kufuor ».

Le vice-chancelier de l’université a, par la suite, plaidé auprès du président Akufo-Addo afin qu’il leur vienne en aide avec la construction  d’une salle qui portera son nom ultérieurement.

Réagissant à cela, le président Akufo-Addo a promis de respecter les normes éducatives. « A tous, je voudrais vous rassurer que je ferai de mon mieux pour respecter les normes les plus  élevées associées à cette distinction ».

inusah@bonjourghana.com

 

La CEDEAO suspend le Mali 

La CEDEAO suspend le Mali 

Les dirigeants des 15 Etats membres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), ont tenu ce lundi  31 mai 2021, un sommet extraordinaire à Accra, la capitale du Ghana, pour apporter une réponse à l’éviction, par l’armée malienne, d’un président et d’un Premier ministre pour la deuxième fois en neuf mois.

Dans un communiqué rendu public après le sommet, la CEDEAO a déclaré que l’adhésion du Mali au bloc a été suspendue avec effet immédiat. Cependant, elle n’a pas prononcé de sanctions comme celles qu’elle avait imposées après le coup d’État d’août dernier, et qui, l’on se rappelle, a amené les pays voisins à fermer temporairement leurs frontières avec le Mali enclavé et à interrompre toutes transactions financières avec ce dernier.

EIle n’a pas non plus appelé à la démission du nouveau président par intérim, Assimi Goita. Ainsi, le colonel de l’armée qui a dirigé le coup d’État d’août et la révolte de la semaine dernière, a été déclaré président par la Cour Constitutionnelle de son pays. La CEDEAO a cependant exigé qu’un nouveau Premier ministre civil soit nommé et un nouveau gouvernement inclusif formé pour poursuivre le programme de transition. Le communiqué souligne également que “la date du 27 février 2022 déjà annoncée pour l’élection présidentielle doit être absolument maintenue”.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le Colonel Goïta semble prêter une oreille attentive aux exigences de la CEDEAO. Pour preuve, il vient de nommer un nouveau premier ministre civil du nom de Choguel Maïga.

inusah@bonjourghana.com

CEDEAO : Accra accueille un sommet extraordinaire sur l’impasse au Mali.

CEDEAO : Accra accueille un sommet extraordinaire sur l’impasse au Mali.

Le président Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, en sa qualité de président de l’Autorité des chefs d’État et de gouvernements de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a convoqué une réunion d’urgence des membres ce dimanche 30 mai 2021 à Accra.

Le but de cette rencontre est de statuer sur la crise politique actuelle au Mali afin de prendre des décisions conséquentes à même de ramener la sérénité dans ce pays frère. Cette annonce a été faite lors d’un point de presse à Accra par la ministre des Affaires étrangères et de l’Intégration régionale, Shirley Ayorkor Botchway.

« Comme vous le savez tous, ces derniers jours ont vu de développements inquiétants de la situation au Mali. L’arrestation et la détention du Président ainsi que  du Premier ministre du gouvernement de transition par les militaires ont nécessité une réévaluation des stratégies adoptées par la CEDEAO pour ramener la normalité dans le pays”, a-t-elle déclaré.

Le président Akufo Addo sera accompagné de 10 chefs d’État de la CEDEAO, de hautes personnalités et des  représentants d’organisations du Bénin, de la Guinée, du Cap-Vert et du Sénégal. Le sommet verra également la participation du président et vice-président de la Commission de la CEDEAO ainsi que de l’ancien président de la République fédérale du Nigéria et médiateur spécial de la CEDEAO pour le Mali, Goodluck Jonathan.

inusah@bonjourghana.com

Travaillons ensemble pour réaliser les espoirs des ghanéens – Akufo Addo aux nouveaux ministres

Travaillons ensemble pour réaliser les espoirs des ghanéens – Akufo Addo aux nouveaux ministres
Le président Akufo-Addo a fait prêter serment ses nouveaux ministres au palais présidentiel, ‘Jubilee House’ le 5 mars 2021. Il les a exhortés à unir leurs forces et à travailler dans l’intérêt des ghanéens.
«Je suis convaincu qu’ensemble, nous travaillerons pour réaliser la vision du mandat qui m’a été confié par le peuple ghanéen à travers ma victoire aux élections du 7 décembre 2020 », a-t-il déclaré.
«Je vous exhorte à faire preuve de leadership qui faira en sorte que le travail que nous entreprenons profite au progrès de notre nation et contribue à élever le niveau de vie de notre peuple », a-t-il ajouté.
 Cependant, le ministre des Finances, Ken Ofori-Atta et le ministre de la chefferie et des affaires religieuses, Ebenezer Kojo Kum, étaient absents à la cérémonie pour cause de maladie.
Le président Akufo-Addo exerce son deuxième mandat pour les 4 prochaines années.
inusah@bonjourghana.com

Nouveau gouvernement du président Akufo-Addo

Nouveau gouvernement du président Akufo-Addo
Le président Nana Addo Dankwa Akufo-Addo a nommé les ministres de son gouvernement pour son deuxième mandat de quatre ans.
Bien qu’il ait maintenu bon nombre de ministres de son mandat précédent à leurs postes, quelques “grosses pointures” ne font pas partie de la nouvelle liste.
Voici la composition de ce gouvernement central :
Albert Kan Dapaah : Ministre de la Sécurité nationale

Ken Ofori-Atta : Ministre des Finances

Alan Kyerematen : Ministre du Commerce et l’Industrie

Dominique Nitiwul ; Ministre de la Défense

Ambroise Dery : Ministre de l’Intérieur

Mme Shirley Ayorkor Botchwey : Ministre des Affaires étrangères et de l’Intégration régionale

Osei Kyei-Mensah-Bonsu : Ministre des Affaires parlementaires

Mme Ursula Owusu-Ekuful : Ministre des Communications et de la Numérisation

Dr. Owusu Afriyie Akoto : Ministre de l’Alimentation et de l’Agriculture

Kwaku Agyemang Manu : Ministre de la Santé

Samuel Jinapor : Ministre des Terres et des Ressources naturelles

Kwasi Amoako-Atta : Ministres des Routes et Autoroutes

Kwaku Ofori Asiamah : Ministre des Transports

Mme Cecilia Abena Dapaah : Ministre de l’Assainissement et des Ressources en eau

Ignatius Baffuor Awuah : Ministre de l’Emploi et du Travail

Dr Matthew Opoku Prempeh : Ministre de l’Énergie,

Dr Yaw Osei Adutwum, Ministre de l’Éducation;

Francis Asenso Boakye : Ministre des Travaux publics et du Logement.

Godfred Dame : Mministre de la Justice et Procureur général

Mme Freda Prempeh : Ministre d’État des Travaux et du Logement

Mustapha Yussif : Ministre de la Jeunesse et des Sports

Joseph Cudjoe : Ministre des Entreprises publiques

Kojo Oppong Nkrumah : Ministre de l’Information

A ces ministres s’ajoutent 16 autres ministres régionaux qui ont été nommés à la tête de chacune des 16 régions administratives du pays.
inusah@bonjourghana.com    Tel/whatsapp 0244616153

 

 

 

Akufo-Addo préside le sommet virtuel de la CEDEAO

Akufo-Addo préside le sommet virtuel de la CEDEAO

Sous la présidence du président Akufo-Addo, plus d’une douzaine de dirigeants régionaux participent à la 58ème session ordinaire des chefs d’État et de Gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, CEDEAO. “Les dirigeants examineront le rapport du Conseil des ministres de la CEDEAO tout en délibérant sur les questions politiques, économiques, sociales et autres affectant la région”, peut-on lire sur le site de l’organe régional.

Notons également que la 85e réunion du Conseil des ministres, également virtuelle, s’était tenue la veille pour préparer le sommet. Le Ghana était représenté par la ministre désignée des Affaires étrangères et de l’Intégration régionale, Shirley Ayorkor Botchwey.

inusah@bonjourghana.com

Akufo-Addo a prêté serment pour son deuxième mandat.

Akufo-Addo a prêté serment pour son deuxième mandat.

Le président Nana Addo Dankwa Akufo-Addo a prêté serment ce jeudi 7 janvier 2021 pour un deuxième mandat de quatre ans en tant que président de la République du Ghana.

Dans son discours inaugural, ponctué d’ovations nourries du public, il a brièvement mentionné certaines des réalisations de son gouvernement et levé le voile sur ses projets pour le pays au cours des quatre prochaines années.

Le président a poursuivi en adressant un chaleureux akwaaba, ou bienvenue en langue locale, à leurs Excellences, aux éminents dirigeants des États frères de la région et du continent, ainsi qu’aux représentants d’autres nations amies et organisations internationales, qui étaient dans la ville animée d’Accra, capitale du Ghana, pour la circonstance. Il a, par la suite, remercié Dieu Tout-Puissant et le peuple ghanéen qui a renouvelé son mandat pour quatre ans de plus.

« Lors de ma première investiture, j’ai exhorté tous les Ghanéens à être, et je cite, « citoyens et non spectateurs ». Je vous ai appelé à participer activement à l’effort pour aider à construire un Ghana démocratique, libre, prospère et uni » , rappelait Akufo Addo . Avant de souligner que son appel n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Mieux, cet appel a plus payé. « Aujourd’hui, notre économie, même face à la pandémie mondiale de COVID-19, est l’une des économies à croissance plus rapide au monde en 2020. Pas étonnant que le Ghana reste l’une des destinations les plus attractives du continent pour les investissements directs étrangers ». Et au président de continuer : « Ma confiance sans bornes dans l’énergie du Ghanéen me fait croire que nous pouvons devenir la nation prospère à laquelle nous aspirons. Nous avons donc de bonnes raisons d’être fiers de ce que nous avons pu accomplir jusqu’à present ». Pour Akufo Addo, sa nouvelle équipe jouera pleinement son rôle dans les délibérations et les activités de toutes les organisations auxquelles le pays fait member, à savoir : la CEDEAO, l’Union africaine, le Commonwealth, la Francophonie, les Nations Unies et bien d’autres structures.

Avant de terminer son message, le premier ghanéen s’est réjoui du fait que le Ghana, qui a le privilège d’accueillir le Secrétariat de la Zone de libre-échange continentale africaine, entend être l’un des principaux moteurs de son succès. « La ZLECAf offre à nous, Africains, une excellente opportunité d’exploiter et de développer nos ressources au profit de notre propre peuple », a-t-il laissé entendre avant de réitérer son invite à tous ses compatriotes à se joindre à lui pour « l’entreprise passionnante de développement du pays ». Et pour cause, « Les opportunités sont infinies, et si nous restons unis, nous pouvons réaliser ce dont nos ancêtres rêvaient ».

« Que Dieu nous bénisse tous, ainsi que notre patrie, le Ghana, et la rende grande et forte ! », conclut-il.

Soulignons cependant que les députés de l’opposition, ainsi que son chef de file, John Mahama, ont toutefois boycotté la cérémonie d’investiture du chef de l’Etat.

inusah@bonjourghana.com       Tel/whatsapp: 0244616153

 

Cérémonie d’investiture d’Akufo-Addo : 12 chefs d’État confirment leur présence

Cérémonie d’investiture d’Akufo-Addo : 12 chefs d’État confirment leur présence.

La ministre des Affaires étrangères, Shirley Ayorkor Botchway, a annoncé qu’une forte délégation de présidents assistera à la cérémonie d’investiture du président élu Nana Akufo-Addo prévue pour jeudi 7 janvier.

Selon elle, au total 12 présidents ont confirmé leur présence à cette cérémonie. Et cela, sans compter ceux qui, certainement, le feront à la dernière minute.

Les pays dont les chefs d’État prendront part à la cérémonie sont : le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Mali, la Guinée, le Tchad, le Libéria, le Togo, la Guinée Bissau, le Bénin et le Niger. Les autres dont les ministres des Affaires étrangères seront représentés sont la Gambie, le Nigéria, le Gabon, l’Inde, et la France.

Au niveau international, le ministre britannique pour l’Afrique, l’envoyé spécial des États-Unis, le président de la Commission de la CEDEAO et le président de la Commission de l’Union Africaine (UA), entre autres, sont également attendus à Accra pour la même circonstance.

inusah@bonjourghana.com       Tel/whatsapp: 0244616153