Le Ghana abrite la zone de libre-échange continentale africaine – Ministre

Le Ghana abrite la zone de libre-échange continentale africaine – Ministre

M. Alan Kyerematen, ministre du Commerce et de l’Industrie, a révélé que le Ghana a été sélectionné par l’Union africaine pour être le pays hôte de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA). Le pays, a-t-il dit, est donc tenu de créer un secrétariat, ajoutant que le gouvernement a commencé la mise en place du Secrétariat à Accra, qui devrait être achevé d’ici mars 2020.

M. Kyerematen l’a déclaré lors d’une conférence de presse organisée par le ministère à Accra pour divulguer (révéler) au public le statut de la ZLECA et la contribution du Ghana à son développement. Il a affirmé que le Secrétariat, une fois établi, permettra au pays de devenir la nouvelle capitale commerciale de l’Afrique. De ce fait, le Secrétariat, d’après (selon) le ministre, va attirer les principales institutions financières internationales et deviendra le lieu de prédilection pour l’implantation du siège social des entreprises internationales faisant des affaires en Afrique. D’ou la possibilité également aux professionnels ghanéens d’être recrutés pour travailler au sein du Secrétariat.

D’autres objectifs sont pour la ZLECA d’ouvrir de nouvelles opportunités d’accès au marché à des conditions préférentielles pour les producteurs ghanéens, en particulier les petites et moyennes entreprises (PME) et d’offrir au pays la possibilité d’accueillir diverses réunions régionales et continentales associées à la ZLECA.

La ZLECA est un marché unique couvrant l’ensemble du continent africain avec une population totale de 1,2 milliard d’habitants et un produit intérieur brut combiné de près de trois milliards de dollars. Cinquante-quatre pays sur 55 ont signé la ZLECA et 27 pays ont ratifié l’Accord.

Cet Accord, d’apres le ministre du Commerce et de l’Industrie, comporte quatre éléments clés : l’accord-cadre incorporant les principes, les lignes directrices et les modalités de négociation; le Protocole sur le commerce des marchandises avec les annexes pertinentes; le Protocole sur le commerce des services avec les annexes pertinentes; et le Protocole sur les règles et procédures de travail pour le règlement des différends. Avant d’ajouter que trois autres protocoles comprenant l’investissement, la politique concurrentielle et les droits de propriété intellectuelle seront conclus au cours de la deuxième phase des négociations.

M. Kyeremateng a affirmé qu’il était estimé que le commerce intra-africain augmenterait de 35 milliards de dollars par an ou 52% d’ici 2022.

Les avantages de la signature de la ZLECA a-t-il martelé, ne viendraient pas automatiquement, par conséquent, un programme d’action pour stimuler le commerce intra-africain (BIAT) a été approuvé par les chefs d’État de l’UA pour que les États membres puissent en tirer parti.

inusah@bonjourghana.com               Tel: 0244616153

Posted in Business.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *