Les moments forts de la visite du président Macron au Ghana

Les moments forts de la visite du président Macron au Ghana

Le président français, Emmanuel Macron a bouclé sa tournée africaine par une visite au Ghana pour commémorer le soixantième anniversaire des relations diplomatiques entre le Ghana et la France.

Sans aucun ordre de priorités, voici certains moments fort mémorables de cette rencontre entre le président français, Emmanuel Macron et son homologue ghanéen, Nana Addo Dankwa Akufo :

Le président Akufo Addo a déclaré que « le Ghana était prêt à renouveler et à approfondir les liens de coopération et d’amitié avec la France, mais qui seront caractérisés par une augmentation de la coopération en matière de commerce et d’investissement, pas d’aide ».

« Nous ne pouvons plus continuer à compter sur l’aide des Occidentaux, de l’Europe, de l’Union européenne ou de la France. En prenant compte des ressources que regorge l’Afrique, c’est nous qui devrions donner de l’argent à d’autres pays. Notre principale responsabilité serait alors de mettre en place des systèmes de gouvernance qui feront de nos leaders, des personnes responsables de leurs actes et qui utiliseraient les moyens mis à leur disposition pour le bien du peuple et non pour leurs propres intérêts », a martelé le président Ghanéen.

Les présidents ghanéen et français, Nana Akufo-Addo et Emmanuel Macron ont plaidé ensemble que les jeunes africains restent et réussissent en Afrique. Pour Akufo Addo,  il faut alors « introduire des systèmes politiques qui montrent à ces jeunes qu’il y a des opportunités, ici en Afrique ». Et pour Macron, « l’Europe doit avoir une politique de coopération pour qu’un jeune africain puisse se dire qu’il va réussir formidablement dans son pays ».

Le président Akufo Addo affirmé que le Ghana, sous sa direction, a décidé de se détourner de l’ancienne économie, qui dépend de la production et de l’exportation des matières premières. Il a ainsi prôné pour une économie industrialisée à valeur ajoutée avec une agriculture modernisée. Cette initiative vise à attirer des investissements ainsi qu’à stimuler la croissance du secteur privé afin de faire de l’économie du Ghana, la plus favorable aux affaires en Afrique ».

Le Ghana étant bordé au nord, à l’est et à l’ouest par les pays francophones, le président Akufo-Addo a déclaré que « nous reconnaissons l’importance stratégique de nos voisins immédiats et de la France pour le développement de notre pays ». Conscient de l’influence indéniable de la langue française dans le monde et surtout pour son pays, il a noté que « nos vies, en tant que ghanéens, sont intimement liées au monde francophone. Cette association stratégique servirait donc comme un grand coup de pouce pour répondre à certaines de nos préoccupations mutuelles ».

Le chef de l’État ghanéen a rassuré son homologue français que le Ghana supporte la France dans sa lutte contre le terrorisme et la promotion des droits de l’homme sur le continent africain.

“Si vous avez besoin de la preuve qu’une nouvelle génération de dirigeants africains qui croit en une nouvelle histoire pour la jeunesse, vous venez de l’avoir”, a approuvé le président Macron.

“Pour ceux qui pensaient que ce n’étaient que les mots d’un président français parlant de l’Afrique, il y a des leaders en Afrique qui veulent bien une nouvelle relation avec l’Europe et un avenir pour leur jeunesse sur leur continent. L’Europe doit alors avoir une politique de coopération pour qu’un jeune africain puisse se dire qu’il va réussir formidablement dans son pays”, a ajouté le président français.

Reste qu’au-delà du symbole, le déplacement du président français était l’occasion également de se pencher sur la crise togolaise qui secoue la région. Cette volonté de tenter de résoudre à deux la crise togolaise renforce les liens entre le Ghana et la France.

Signalons qu’en allant au Ghana, le président français a voulu aussi montrer sa volonté d’ouvrir la France à l’Afrique anglophone. Et avec le président Nana Akufo-Addo, qui parle couramment le français et qui se dit “francophile”, il espère avoir trouvé un excellent médiateur de la France auprès des autres pays anglophones.

Inusah@bonjourghana.com                         Tel: 0244616153

 

Posted in news in french.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *