« Prendre des mesures pour soutenir la mise en œuvre réussie de la ZLECAf » : Dr Bawumia aux États membres de l’UA

« Prendre des mesures pour soutenir la mise en œuvre réussie de la ZLECAf » : Dr Bawumia aux États membres de l’UA  

Le vice-président du Ghana, Dr. Mahamudu Bawumia exhorte les États membres de l’Union africaine à prendre des mesures complémentaires pour la mise en œuvre réussie de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA).

« On n’a pas besoin d’une conférence sur les immenses avantages du libre-échange continental des biens et des services et de la circulation des personnes sur le continent. Les avantages ultimes partagés consistent à stimuler le commerce et l’industrie, à créer des emplois et augmenter les revenus, et à améliorer les conditions de vie de nos peuples », a déclaré le Dr Bawumia.

« Mais, les avantages inhérents à la ZLECAF ne seront point totalement obtenus à moins que tous les États membres soutiennent la mise en oeuvre de l’Accord par des mesures complémentaires », a-t-il ajouté

Pour atteindre ces objectifs, Dr Bawumia a  enumeré cinq préoccupations clées que les États africains doivent aborder afin de contribuer à la mise en œuvre réussie de la ZLECAf :

« Premièrement, les États membres qui n’ont pas encore signé et ratifié l’Accord devraient être encouragés à le faire pour au moins deux raisons : augmenter la taille du marché et le volume des échanges dans le cadre de la ZLECAf; et accélérer le processus d’intégration régionale aux fins de réaliser l’Afrique que nous voulons »

« Deuxièmement, pour garantir le commerce complet de la ZLECAf par tous les États parties, les composantes techniques de la ZLECAf telles que les règles d’origine, les listes de concessions pour le commerce des marchandises et les listes d’engagements spécifiques pour le commerce des services devraient être finalisées »

« Troisièmement, nous souhaitons encourager les États parties qui n’ont pas encore soumis leurs calendriers de libéralisation tarifaire (offres d’accès au marché) et leurs listes d’engagements spécifiques pour le commerce des services au Secrétariat de la ZLECAf à le faire  »

« Quatrièmement, il faut des recours commerciaux pour se protéger contre les flambées commerciales imprévues. Ainsi, les États parties devraient avoir recours à des recours commerciaux tels que des droits antidumping et des droits compensateurs. Les États Membres ont besoin de ceux-ci pour s’assurer que les industries nationales sont protégées ĺà où c’est nécessaire. Les besoins se situent aussi au niveau d’un monitoring effectif et d’un mécanisme d’évaluation pour l’implémentation des recours commerciaux »

« Le cinquième aspect est le mécanisme de règlement des différends. Pour que les États parties aient pleinement confiance à la mise en œuvre de la ZLECAf, un mécanisme solide de règlement des conflicts du Protocole sur les règles et procédures de règlement des différends doit être mis en place dans les plus brefs délais »

Outre ces points, M. Bawumia a noté que la communauté universitaire a un rôle majeur à jouer dans la mise en œuvre réussie de la ZLECAf grâce à la recherche et à l’analyse des problèmes découlant de l’initiative de libre-échange. « Il est essentiel que les universités collaborent avec les décideurs, les milieux d’affaires, les partenaires de développement et d’autres parties prenantes concernées pour fournir des stratégies et des politiques utiles pour lutter contre les obstacles et tirer parti des avantages de la ZLECAf », a-t-il insisté.

Il a également  appelé toutes les autres parties prenantes, y compris le secteur privé, la société civile, les partenaires au développement et le grand public à « redoubler d’efforts et accélérer la mise en œuvre de la ZLECAf dans l’intérêt et au profit des générations actuelles et futures ».

Du côté du Ghana, le Dr Bawumia a réitéré l’engagement du gouvernement envers la mise en œuvre réussie de la ZLECAf. « Le gouvernement du Ghana est résolu et reste inébranlable dans son engagement à l’opérationnalisation du Secrétariat de la ZLECAf au Ghana et à accélérer la transformation industrielle pour une croissance et un développement économiques inclusifs. » a-t-il laissé entendre

inusah@bonjourghana.com      Tel: 0244616153
Posted in news in french.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *